Nice Social Bookmark

FacebookTwitter

"L'Europe marche sur un fil"

 L’Europe marche sur un fil ! Plus qu’un sommet c’est un rendez-vous pour  l’Europe qui s’ouvre…Toute l’Europe et ses dirigeants convergent vers Paris… Tous ici nous voulons y réussir, mais comment y parvenir ? C’est un accord européen sur la démographie et la famille qu’ils devront sceller… Une des plus grandes conférences internationales jamais organisées…Le défi est énorme. Les spécialistes lancent tous cet appel d’urgence…Il y a une longue chaîne humaine spectaculaire…

Ce sont les enfants qui auront à porter le fardeau si la Conférence échoue… Etat d’urgence démographique ! Bientôt l’Allemagne n’existera plus, la Pologne non plus ! La France, dernier bastion est sur le déclin, des zones entières de nos provinces se dépeuplent etc. »

Où avons-nous entendu cela ?

Europe 1, France info ? TF1 ? Vérifions. Vérifions… Ah ! Pardon, c’était bien là et c’était bien ça, mais à quelques mots près cependant : il n’était pas question du naufrage démographique de l’Europe ou de la France mais du lancement de la COP21.

On pourrait cependant transposer: l’Allemagne, arrivée à un point de non-retour démographique en est à appeler tous les migrants à venir remplacer la jeunesse qu’elle n’a pas eue, puis à refermer la porte, effrayée de ce qu’elle a déclenché[1]. La France ne sait plus comment financer les retraites lorsque demain il y aura à peu près autant de retraités que d’actifs;  1,2 million d’avortements par an en Europe : à peu près le même nombre que celui des migrants entrés sur son territoire en 2015.

Des pays innovent enfin en matière de politique familiale : le Portugal, la Hongrie, l’Espagne….mais pas la France, dont la courbe de natalité commence à s’inverser, recueillant les fruits amers du renoncement à sa politique familiale. En 2015, l’INSEE a recensé un déficit de 20 000 naissances par rapport aux années précédentes.

Serons-nous le tiers monde et le pays sous-développé de l’Europe ? Aidez-nous à soutenir la famille, à proposer des solutions, à faire preuve d’inventivité pour rétablir l’équilibre démographique, sans attendre qu’il soit trop tard, comme dans des pays voisins.

 

 

Savez-vous que ?

Quatre millions de personnes victimes de sévices sexuels en France aujourd’hui. Deux fois plus qu’il y a seulement 6 ans.  Un enfant sur cinq. 75% des cas se passent à l’intérieur de la famille. La plupart en garderont des séquelles, psychologiques ou physiologiques, tout au long de leur vie. Un sur deux fera au moins une tentative de suicide.

La famille, ou plutôt ce qu’il en reste,  n’est plus le sanctuaire où l’enfant grandit et se fortifie.  Les services sociaux qui recueillent ces petites victimes, sont débordés.

 Le coût de l’Aide Sociale à l’Enfance, s’élève à plus de sept milliards d’euros, soit le quart des dépenses totales d’aide sociale échues aux départements qui n’en peuvent plus.

Voulons-nous continuer plus longtemps à laisser supporter par la collectivité ce que les familles devraient normalement assurer ?

Famille et Liberté s’efforce de démontrer qu’encourager et fortifier la famille est la meilleure garantie de l’épanouissement de l’enfant comme la solution la plus économique pour la nation.

Soutenez notre action pour rappeler les droits fondamentaux de l’enfant, le sens profond de la sexualité, l’éducation à la vie et au respect de la personne.

 

Voyez-vous où nous en sommes arrivés ? 

« Baiser, manger, boire et dormir » ! Pardonnez la grossièreté du propos mais sans doute l’avez-vous entendu comme moi : interrogé sur une antenne réputée, un proche des tragiques évènements du Bataclan était invité à dire quelle leçon il tirait de cette épreuve. « Ceci nous rappelle la précarité et la brièveté de la vie, répondit-il, il faut en profiter au maximum et se recentrer sur l’essentiel, sans perdre de temps : baiser, manger, boire et dormir ».

Si vous n’êtes pas de cet avis ; si vous pensez que l’épanouissement de l’homme et l’harmonie de la société reposent sur des aspirations plus hautes ; si vous voulez pouvoir réconforter ceux qui sont entraînés, faute de mieux, dans un tel désespoir matérialiste, individualiste et nihiliste, alors,           aidez-nous à donner à notre société des raisons d’espérer en remettant la Famille en tête des priorités, en rappelant que l’amour est don, que boire et manger ne sont jamais si agréables qu’autour de la table familiale et qu’on dort beaucoup mieux dans un cadre de vie stable.

 

    

Tous les sondages montrent que les Français continuent à plébisciter la famille, à rêver du grand amour durable et à souhaiter un plus grand nombre d’enfants qu’ils n’en ont.   Et pourtant, le nombre de mariages baisse, celui des naissances aussi (-2,75%), tandis qu’augmente le taux de divorces, les naissances hors mariage (56%), et les « familles » monoparentales (plus de 20%).

Alors que nos enfants continuent à nous demander du pain, leur donnerons-nous toujours des pierres ?

Il n’y a pas de fatalité en la matière et c’est pour encourager à redécouvrir un nouveau souffle conjugal  que Famille et Liberté a organisé en octobre dernier un colloque sur Les enfants du divorce réunissant des juristes, psychologues, professeurs et enfants de parents divorcés. Les actes de ce colloque  publiés par Famille et Liberté.   Commandez  et diffusez les actes de ce colloque !  (Au prix de 12€ franco de port) 

Le meilleur rempart contre ces dérives prométhéennes se trouve dans la cellule familiale. Ce lieu premier de solidarité et aussi de confrontations tempérées, vivant des différences (génération et sexe) et des complémentarités naturelles, permet à chacun de trouver sa place tel qu’il est, comme aussi de prendre soin des autres dans une dépendance mutuelle qui n'a rien à voir avec la comptabilité sourcilleuse de ce que « ça rapporte » ou de ce que « ça coûte ».

Menace démographique, violences intrafamiliales, techniques déshumanisantes, course au bonheur sans cesse déçue, instabilité sociale, sont autant de sujets qui font de la politique familiale une question centrale de notre société.

Avec votre soutien, Famille et Liberté va mettre en place une vaste diffusion de nos études auprès de nos concitoyens et hommes politiques, pour que la famille devienne le centre des débats auxquels donneront lieu les échéances électorales qui se profilent.

Ø  Aides financières aux familles

Ø  La politique de prévention du SIDA en France

Ø  PACS et homophobie

Ø  Homoparentalité

Ø  Les femmes au travail

Ø  Le quotient familial

Ø  La fiscalisation des allocations familiales

Ø  La politique familiale depuis les années 1950

Ø  Les réformes des retraites et les familles

Ø  La démographie

Ø  Les enfants du divorce

Ø  Le politiques familiales en Europe

 

 

On prétend « sauver la planète » mais on organise complaisamment « la fin de l’espèce humaine »[2]. On s’enthousiasme sans discernement pour les nouvelles technologies qui permettront, dans un proche avenir, sous couvert de soigner, de trier les êtres humains en fonction de leur rentabilité ou au contraire de leur coût. Disparition de la maternité, d’abord avec la GPA, ensuite avec les grossesses ex utero, mise sous contrôle des cellules cérébrales au moyen de puces télécommandées, élimination des plus faibles de tous âges, techniques éprouvées de prêchi-prêcha éco-citoyen[3] à l’école pour former une nouvelle génération docile et complaisante.

 

C’est une rude bataille que nous avons entreprise et nous ne pourrons rien sans vous. Il est au moins aussi important de sauver la famille que de « sauver la planète » comme il est de bon ton de le dire.  Soutenez notre action, faites-nous connaître et envoyez-nous un don, à votre convenance. C’est vital pour accroître l’efficacité de l’action de Famille et Liberté.

Par avance je vous remercie de votre aide précieuse,

   Claire de Gatellier,

                                                                                                                                                                   Présidente

 

 



[1] A Cologne et dans d’autres villes allemandes, plusieurs centaines  de femmes ont porté plainte pour avoir été sexuellement agressées et souvent volées la nuit de la Saint-Sylvestre. Selon le chef de la police, presque toutes les personnes arrêtées étaient des demandeurs d’asile.

[2] Titre du dernier livre de Jean-Pierre Dickès ; éditions de Chiré,

[3] Formule d’Alain Finkelkrraut