Nice Social Bookmark

FacebookTwitter

Champs libres à la résistance ! Tous à Paris le 24 !

Un nouvel appel à la mobilisation contre la dénaturation du mariage a été lancé pour le 24 Mars. De plus en plus de Français sont convaincus du caractère illégitime et dangereux de ce projet législatif qui prétend attribuer à une majorité de circonstance le pouvoir de nier l’objectivité de la Nature et de transgresser les données fondamentales de l’Anthropologie au nom d’une conception absurde du droit à l’égalité. L’égalité des sexes en matière électorale, malgré la longue opposition du parti radical, se justifiait par l’égalité des capacités de discernement et la conquête de l’égalité économique et juridique par les femmes. Pour autant, le seuil de l’âge, lui, demeurera, car quelques soient les « avancées » démagogiques qui seront proposées, il y aura toujours une limite liée au discernement et à  l’indépendance que l’âge autorise. De même, la capacité d’engendrer est nécessaire pour fonder une famille, ce qui est le but du mariage. Une paire d’hommes ou de femmes en est incapable et leur reconnaître un droit au mariage et à l’adoption reviendrait à créer une inégalité pour des enfants qui seraient privés de la double référence paternelle et maternelle, tellement utile à leur épanouissement équilibré, comme le montre, par exemple, le pédiatre Aldo Naouri. L’adoption par un couple décline ce lien de manière symbolique, mais ne le remet pas en cause. En revanche, l’adoption par un célibataire, malheureusement déjà possible en France, et heureusement très rare, puis celle par deux personnes de même sexe soumettent la venue de l’enfant à un désir qui le prive de son droit à l’égalité de filiation et va établir un marché passant par l’adoption, la Procréation Médicalement Assistée et la Gestation Pour Autrui. La satisfaction d’une revendication ultra minoritaire, qui ne rencontre même pas l’adhésion de toutes les personnes qui se disent homosexuelles, va donc aboutir à un double affaiblissement du Droit : celui des enfants et celui qui exige une dignité humaine absolument incompatible avec une quelconque marchandisation de la personne. 170 universitaires juristes viennent d’ailleurs de dénoncer le Projet de Loi Taubira sur le plan juridique. La manifestation de dimanche prochain rassemblera donc tous ceux qui au-delà de leurs différentes croyances religieuses, ou de leur absence, se réclament de l’humanisme et refusent la dérive matérialiste et hédoniste de notre civilisation. Ils ne manquent pas de références anthropologiques et psychologiques pour défendre cette conviction dans les limites de la seule raison.

 

Par ailleurs, le texte qui va être présenté au Sénat, après avoir été voté à l’Assemblée doit évidemment mobiliser contre lui tous les Chrétiens et tous les Catholiques en particulier. Il n’est que trop évident que, sous couvert de satisfaire une demande sociale positive, le but visé est d’en finir avec la conception chrétienne de la Famille. Jamais un gouvernement n’aura montré autant de désinvolture et parfois d’hostilité envers l’Eglise depuis un siècle. Depuis l’affichage d’une situation « matrimoniale » pour le moins étrange à l’Elysée, jusqu’à la petite blague déplacée sur l’élection du Pape, de la remarque désobligeante et injuste de Mme Duflot sur l’accueil des SDF par l’Eglise jusqu’à l’intervention contraire au caractère propre de l’Enseignement Privé du Ministre de l’Education Nationale sur la tenue de débats au sein des établissements catholiques,  une guerre sourde est ouverte.  La propagande faite dans le même temps en faveur de la loi Taubira par la Porte-parole du gouvernement dans un établissement public ou l’indifférence totale affichée par la France pour la protection des minorités chrétiennes du Moyen-Orient, qui ont toujours vu en elle leur protectrice, sont autant de signes inquiétants d’une attitude idéologique hostile. A l’heure où l’Eglise entame un puissant renouveau, avec l’élection du Pape François, les Catholiques ont l’occasion de montrer qu’ils existent, et sont nombreux, en participant à une manifestation de protestation pacifique aux côtés des membres d’autres confessions et d’incroyants qui partagent avec eux une même conception de l’Homme et de ses droits.

 

Depuis  plus de dix mois un nouvel exécutif est à la tête de notre pays. Le vote des Français, comme celui de la plupart des pays européens a sanctionné ceux qui détenaient le pouvoir et qui ne leur ont pas paru anticiper ni résoudre les crises auxquelles ils se trouvaient confrontés. Pour autant, ils n’ont pas approuvé chacune des mesures contenues dans les projets du candidat élu. Or, depuis dix mois, un Président et un gouvernement, sur la préparation et la compétence desquels il y a lieu de s’interroger, multiplient des mesures maladroites, inefficaces voire nuisibles, et parfois même contradictoires, dans les domaines prioritaires aux yeux des Français que sont l’économie et l’emploi. Et la seule mesure qui surnage dans ce naufrage est le mariage et l’adoption homosexuels ! C’est évidemment plus facile que de redresser une économie ! Mais il est parfaitement illégitime qu’une majorité s’arroge le droit de nier l’Anthropologie ! La Loi ne peut empêcher qu’il y ait des hommes et des femmes dont les différences anatomiques et physiologiques sont à l’évidence complémentaires. Au moins peut-on demander que le Peuple s’attribue ce droit à l’issue d’un long débat et grâce à un référendum que la réforme constitutionnelle de 2008 rend tout-à-fait possible.  Mais cela est refusé, de même que s’affichent de plus en plus des limites à la liberté d’expression sur ces questions. Aujourd’hui même le droit de manifester sur les Champs-Elysées semble devoir être contesté. De manière générale, et déjà par la majorité précédente, des lois de censure ont été votées qui limitent la possibilité de contester la reconnaissance sociale de l’homosexualité. Cette contestation, que l’on ne saurait confondre avec une quelconque hostilité à l’encontre des personnes qui se disent homosexuelles, consiste à faire prévaloir le bon sens, les données des sciences exactes, et souvent même des autres, et l’intérêt de la société. Elle doit avoir le droit de se faire entendre. Tout gouvernement qui limite le champ de la liberté d’expression, et s’éloigne de la démocratie, doit être combattu avec détermination. Manifester le 24 Mars sur les Champs-Elysées, c’est défendre la famille, les droits de l’enfant et la Liberté !

Christian Vanneste