Nice Social Bookmark

FacebookTwitter

ASSEMBLÉES GÉNÉRALES - Assemblée générale du 17 mars 2010

 

Assemblée générale du 17 mars 2010

 

Le Président

Mesdames, messieurs et chers amis,

Je déclare ouverte l'assemblée générale de Famille et Liberté, convoquée conformément à ses statuts.

Notre précédente assemblée s’étant tenue le 3 juin 2008, le rapport d’activité portera sur la période écoulée depuis cette date et le rapport financier sur les comptes des exercices 2008 et 2009.

Avant de passer à l’ordre du jour, je vous rappelle que nous entendrons après notre assemblée un exposé de Mme Anna Záborská, suivi d’une discussion, sur les interventions des Institutions de la Communauté européenne dans les questions familiales et sur leurs conséquences pour la politique familiale de chaque pays membre.

Je vous propose l’ordre du jour suivant pour notre assemblée :

  • Lecture et discussion du rapport financier.

  • Lecture et discussion du rapport d’activité.

  • Vote des résolutions

Si personne ne s’oppose à cet ordre du jour, je passe la parole à Henri de Benoist, notre nouveau trésorier, pour nous donner lecture du rapport financier

Le Trésorier

Rapport financier

Le Président

Merci à notre trésorier. La parole est maintenant à la salle pour des questions sur ce rapport financier.

Avant de prendre la parole, attendez d’avoir le micro et assurez-vous qu’il fonctionne. Veuillez dire votre nom intelligiblement pour que nous puissions vous envoyer, pour correction, le projet de compte rendu.

S'il n'y a plus (pas) de questions, nous allons passer au rapport d ‘activité qui va vous être présenté par Philippe Gorre.

Rapport d'activité

Actions

A l’issue de notre précédente assemblée, en juin 2008, nous avions entendu un exposé d’Elizabeth Montfort sur le statut du « beau-parent » dont la création était alors annoncée.

Faire échouer ce projet a été depuis notre première priorité. Le rapport, publié à l’automne dernier, de Jean Leonetti, rendant compte de la mission que lui avait confiée le Premier ministre sur ce sujet a confirmé son inutilité et sa nocivité. Une réunion avec Jean Leonetti, nous a permis de faire un bilan de cette affaire et de nous préparer à faire face dans l’avenir à ce type de situations dans lesquelles des intérêts particuliers cherchent à passer avant l’intérêt général.

Dans le même temps nous avons été attentifs aux conséquences que pouvaient avoir des décisions des institutions de la Communauté européenne pour la politique familiale de notre pays. Nous avons entendu sur cette question, en janvier 2009, Stéphane Buffetaut, rapporteur au sein du Conseil économique et social européen d’un Avis qui dressait le constat de la situation démographique plus qu’inquiétante de l’Europe et proposait, sous le nom de Pacte européen pour la famille, des mesures pour y remédier. Il est regrettable qu’aucun des pays qui se sont succédés à la présidence tournante du conseil des ministres n’ait cherché à donner une suite à cette proposition.

Parallèlement aux actions que je viens de citer, qui s’inscrivent dans la durée, nous avons aussi réagi à l’actualité, dans la Lettre trimestrielle ou sur notre blog ou par des interventions de notre président dans les médias,

C’est ainsi que récemment nous avons réagi à :

  • Une décision du tribunal administratif de Besançon, autorisant à adopter une femme vivant en concubinage avec une autre femme.

  • La position prise par Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat à l’écologie et tête de liste de l’UMP aux élections régionales, à Paris, en faveur de l’adoption par les homosexuels.

  • Dans le premier cas, notre réaction a été simultanée au dépôt par Christian Vanneste d’une proposition de loi tendant à réserver aux couples mariés la possibilité d’adopter.

    Dans le second, nous avons lancé une pétition demandant à François Fillon et à Xavier Bertrand de sanctionner les propos de Mme Jouanno.

    Actions, réactions, notre association a manifesté aussi, dès sa création, la volonté de n’accepter que sous réserve d’inventaire les affirmations présentées sous une apparence scientifique, selon lesquelles tous les modes de vie se valent.

    La déclaration de Benoit XVI sur le sida, lors de son voyage en Afrique a été l’occasion de vérifier que les chiffres que nous avions avancés, il y a dix ans sur le taux d’échec du préservatif, de l’ordre de 1/6 dans le cas d’une relation exclusive et durable, était celui reconnu aujourd’hui par la communauté scientifique mondiale, mais toujours tu par les autorités médicales françaises.

    Nos recherches sur les conséquences pour des enfants d’être élevés par des homosexuels se sont concrétisés par la publication sur le site Internet d’une expertise du docteur Sharon Quick. La traduction de ce texte, à notre demande, par la Junior entreprise d’HEC est terminée et va être publiée incessamment.

    Cette expertise confirme ce que nous avions déjà constaté quant aux nombreux défauts de ces études faites généralement par et pour les amis des homosexuels, qu’il s’agisse de la composition des échantillons ou de l’administration des questionnaires. La comparaison minutieuse faite par le Dr Quick des résultats tels qu’ils figurent dans les études de base et dans celles qui les récapitulent font apparaître un pourcentage de citations erronées égal à 57%.

    Enfin, même si cette décision a autant sa place dans le rapport d’activité de la Cour de cassation que dans celui de Famille et Liberté, rappelons que le 12 novembre 2008, la Cour a cassé le jugement ayant condamné Christian Vanneste pour homophobie, en décidant, décision rare, qu’il n'y avait pas lieu de juger de nouveau.

    Moyens

    Les moyens dont disposait Famille et Liberté, du site Internet au papier à en-tête, lors de l’élection de son nouveau président n’étaient à l’évidence pas à la hauteur de nos légitimes ambitions. Cela joint à la nécessité où nous étions de trouver un nouveau routeur, le précédent ayant cessé son activité, pour nos circulaires nous a conduits à confier à un prestataire une opération de publipostage relative au statut de beau-parent comportant l’envoi de 25 000 circulaires.

    Notre trésorier vous a dit dans quelles circonstances cette opération n’a pas eu lieu et pourquoi votre conseil a renoncé à en demander réparation.

    A la suite de l’échec de ce projet, nous avons repris en charge l’amélioration de nos documents, en faisant réaliser le logo que vous avez pu voir sur notre plus récent courrier.

    Ce logo a également été mis sur notre site auquel nous avons adjoint un blog, un moteur de recherche et un système de paiement en ligne.

    Résultats

    Il n’est pas facile de mesurer objectivement les résultats de l’action d’une association. Qui pourrait dire, par exemple, la part qui revient à chacun dans l’échec du projet de statut de beau-parent en 2009 ?

    Nous vous proposons cependant d’évaluer ceux de Famille et Liberté avec un critère quantitatif et un critère qualitatif.

    Ce qui est quantitatif peut être mesuré par le nombre des adhérents ou donateurs, ainsi que par celui des visiteurs du site.

    Le nombre des adhérents et donateurs est passé de 980 en 2007 à 1119 en 2008 et redescendu à 890 en 2009. Les motifs, qui vous ont été donnés, du recul enregistré en 2009 n’existant plus en 2010, le nombre de nos adhérents ou donateurs pourrait passer à 1200 avec encore une campagne d’adhésion semblable à celle que nous venons de mener et à 1300 avec deux.

    Le nombre de visiteurs du site Internet est passé de 21 000 en 2007 à 35 000 en 2008 et à 39 000 en 2009. Il est pour la période du 1er janvier au 15 mars 2010 de 24 000 contre 9 500 pour la période correspondante de 2009.

    Cette progression est due pour une grande part (11 000 visiteurs environ) au lancement sur Internet d’une pétition demandant à François Fillon et à Xavier Bertrand de sanctionner la position prise en faveur de l’adoption par des homosexuels par Chantal Jouanno et pour une autre part aux améliorations en cours du site.

    Sur le plan qualitatif, le plus important est le succès des rencontres que nous avons organisées avec Stéphane Buffetaut et avec jean Leonetti, en y associant des associations défendant les mêmes valeurs que nous.

    Au cours de la période écoulée nous avons eu à déplorer le décès le décès de deux membres de notre comité d’honneur, M. Jean Foyer, ancien Garde des sceaux et le professeur Roland Drago, tous deux membres de l’Institut. Dans le même temps, Chantal Delsol et Jacques Dupâquier, eux aussi de l’Institut, ont bien voulu accepter d’en faire partie.

    Enfin, Antoine Larbanet, trésorier de notre association depuis sa création ayant dû renoncer à sa fonction pour des raisons de santé, Henri de Benoist, administrateur de la première heure, a été élu à sa place par le conseil.