Nice Social Bookmark

FacebookTwitter

ASSEMBLÉES GÉNÉRALES

ASSEMBLÉES GÉNÉRALES

Assemblée Générale du 13 mars 2012

Lors de l'assemblée générale du 13 mars dernier, le Recteur Pierre Magnin, fondateur et premier président de notre association, qui n'avait pas souhaité le renouvellement de son mandat d'administrateur pour des raisons de santé, a été fait président d'honneur

Mme Claire de Gatellier a été nommée au conseil et les mandants d'administrateurs d'Henri de Benoist, Alain Caillaud et Christian Vanneste ont été renouvelés pour quatre ans.

La conférence de Mgr Anatrella sur les conséquences de la théorie du genre pour la famille qui a suivie l'assemblée n'a pas été enregistrée, pour respecter son désir de disposer ainsi d'une entière liberté de parole.

Intervention de Christian Vanneste

Famille et Liberté, ces deux mots résument la philosophie de notre association, car ces deux valeurs sont inséparables. La liberté n’est pas la licence offerte à l’individu de faire n’importe quoi dans le domaine moral tandis qu’il bénéficierait de la protection bienveillante d’un État qui, en revanche, ne lui laisserait aucune responsabilité dans le champ social. La liberté, c’est précisément la capacité pour une personne, pétrie de ses relations humaines, celles de ses parents, celles de sa famille au premier chef, d’exercer sa volonté et d’en revendiquer la responsabilité dans un espace où l’État n’a pas à interférer tant que la loi est respectée. La famille est ce premier cercle de subsidiarité, de véritable exercice de la liberté et de la responsabilité, notamment pour éduquer les enfants, mais aussi pour agir sur le plan économique. La réussite et l’exemplarité des entreprises familiales sont là pour en témoigner.

Cette sphère d’indépendance relative doit être préservée car elle est nécessaire à la fois à la formation d’une personne autonome, et à la consolidation d’une société libérale, à l’opposé de l’assisté moutonnier et de ce nouveau despotisme que craignait Tocqueville : « Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs… Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort ».

Notre association est une association de combat. À travers la Famille et la Liberté, ce que nous combattons, c’est cet État-Providence, voulu par la Social-démocratie, et dont Tocqueville avait pressenti la venue.

Mais ce combat en cache un autre qui se livre pour préserver notre civilisation. Lorsque nous défendons la Famille contre toutes les attaques qu’elle subit, sa remise en cause par la promotion de modes de vie marginaux et étrangers aux intérêts de notre société, la réduction de son rôle éducatif au profit de l’école et plus encore des médias, c’est aussi une lutte pour une certaine conception de l’Homme que nous menons.

Nous devons combattre l’absurde théorie du genre, contraire à tout bon sens, et à toute donnée véritablement scientifique, mais qui s’impose néanmoins dans les manuels scolaires.

Nous devons protéger les familles contre l’intrusion de la pornographie par le biais d’internet, à laquelle des enfants sont aujourd’hui exposés avec les ravages que cela suppose pour la construction de leur personnalité.

Ces combats, il nous arrive parfois de penser que d’autres cultures, de plus en plus présentes dans notre espace, les mènent avec plus de vigueur que nous. Voulons-nous préserver notre civilisation humaniste ? Et le pouvons-nous sans sauvegarder ce trésor social qu’est la famille fondée sur le lien de parenté pérenne d’un homme et d’une femme, d’un père et d’une mère qui élèvent leurs enfants ?

Nos adversaires sont puissants. Si nous parvenons à nous défendre, notamment sur internet, il faut reconnaître que les grands médias ne nous sont pas favorables. J’en ai encore fait récemment l’amère expérience. Afin de montrer la puissance du groupe de pression favorable à la promotion de l’homosexualité, j’ai cité récemment le cas de la déportation des homosexuels en France durant la seconde guerre mondiale. En rappelant son existence dans le Reich, et dans les trois départements annexés, j’ai précisé qu’elle n’avait pas existé en France, alors que par le biais de fictions et d’une désinformation systématique, beaucoup de français sont aujourd’hui persuadés de sa réalité. Malgré un grand nombre de soutiens, et notamment des prises de position en ma faveur de Serge Klarsfeld et de la Fédération des Déportés et Internés de la Résistance, j’ai néanmoins subi un lynchage médiatique auquel a participé le mouvement auquel j’appartiens. Cette préférence pour le mensonge « politiquement correct » doit nous mobiliser contre ce qui est un véritable « terrorisme intellectuel ». Nous devons renforcer le réseau de nos amis, et ne pas hésiter à avoir le courage de la vérité.

Rapport financier

L’exercice 2010 s’est traduit par un excédent de recettes de 7 435 € contre un excédent de 4 521 € en 2009. Les produits d’exploitation passent de 42 247 € à 105 315 € et les charges de 40 291 à 99 367. Le résultat d’exploitation correspondant passe de + 1 956 € à + 5 147 €.

L'augmentation des recettes et celle des dépenses sont dues en premier lieu à celle de la prospection, avec l'envoi de 70 000 circulaires, contre 18 000 en 2009 et 33 000 en 2008.

Les produits financiers s’élèvent à 1 500 € et les charges financières à 13 €. Les réserves s’élèvent au 31 décembre 20010 à 97 365 € contre 89 929 € au 31 décembre 2009.

Il convient de rappeler pour l’appréciation des résultats de 2010 que l'année 2009 avait été pénalisée par les difficultés rencontrées avec un prestataire. Cependant, si la croissance des recettes enregistrée par rapport à 2009 est de 249 %, elle est encore de 190 % par rapport à 2008, année normale.

Le délai entre la clôture de l'exercice, le 31 décembre, et la date de l'Assemblée ayant été jugé trop court pour l'arrêt des comptes de 2011 et leur examen par le conseil d'administration, ils seront soumis à la prochaine assemblée.

selon les résultats disponibles, l'activité de l'année 2011, après une année 2010 exceptionnelle par l'importance de la prospection de nouveaux adhérents, s'est maintenue à un niveau très supérieur à celui des années précédentes, avec une recette de 78 000 € contre 105 000 en 2010, 43 000 € en 2009, 51 000 en 2008 et 40 000 en 2007.

Selon nos estimations les résultats de l'exercice 2011 devraient être équilibrés.

Rapport d'activité

La période de deux ans qui s'est écoulée depuis notre précédente assemblée de mars 2010 peut être résumée pour notre association par les actions engagées, les moyens mis en œuvre et les résultats obtenus.

Actions

L'année 2010, si elle a été marquée par un fort développement du nombre de ceux qui ont apporté leur soutien à notre action a malheureusement été marqué aussi par un faible intérêt envers la famille. Elle a été privée de ministre dans le gouvernement Fillon 3 et les dispositions fiscales favorables de l'année du mariage ont été supprimées.

Plus gravement, l'occasion qu'offrait la réforme des retraites de mettre fin à l'injustice que subissent les femmes arrêtant de travailler le temps d'élever leurs enfants n'a pas été saisie. Les mesures transitoires adoptées pour une classe d'âge pour le nombre de trimestres pris en compte dans le calcul des retraites laissent entier le fait que le temps consacré aux enfants est traité comme un temps de loisirs.

En janvier 2011, nous avons réuni à l'Assemblée nationale une vingtaine d'associations pour une discussion avec M. Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune sur la révision des lois bioéthiques. De telles réunions sont suivies par les parlementaires. Elles ont certainement contribué à empêcher des mesures telles que la gestation pour autrui.

En mars 2011, nous avons interrogé un certain nombre d'adhérents pour connaître leur opinion sur les priorités de notre action. Les encouragements à la stabilité familiale et la protection des mineurs contre la pornographie ont été les thèmes les plus cités.

Ces préférences se sont traduites sur le premier point par la poursuite de nos travaux, encore en cours, sur l'homoparentalité. Nous pouvons confirmer que, contrairement à une opinion répandue, il n'est nullement prouvé que cette revendication soit sans conséquences dommageables pour les enfants.

Sur le second point, nous avons engagé notre action sur le terrain de l'accès des mineurs aux sites pornographiques d'internet. Nous avons organisé, au dernier trimestre 2011 une réunion pour entendre un représentant de Claire Perry, membre du Parlement britannique, qui s'est saisie du même sujet avant nous dans son pays. Notre président a pris l'initiative d'une proposition de loi qui a été signée par 44 de ses collègues et que nous avons accompagnée d'une pétition sur notre site. Notre intention est de réunir un nombre suffisant d'associations pour mener une action auprès des fournisseurs d'accès, comme viennent de le faire les britanniques.

 

Moyens

Les moyens dont nous disposons pour nous faire connaître et pour faire connaître notre point de vue sur la famille et sur sa situation actuelle sont essentiellement les circulaires que nous adressons à ceux qui nous ont déjà apporté leur appui et à d'autres qui ne nous connaissent pas encore; la Lettre trimestrielle diffusée par la poste pour faire connaître notre point de vue sur la situation des familles et la politique familiale; et le site Internet qui est à la fois un moyen de nous faire connaître et de faire connaître ce que nous pensons et ce que nous voulons.

Nous avons demandé en mars 2011 à environ la moitié de nos donateurs de 2010 s'ils préféraient recevoir, dans le cas où ils nous auraient fait plusieurs versements dans une année un reçu à chaque versement ou un seul reçu, au début de l'année suivante. Cette seconde solution a été préférée dans 9 cas sur 10. Il reste toujours possible mais, soyons francs, compliqué pour nous, de répondre à des demandes particulières de reçu au coup par coup.

Les articles publiés dans les Lettres trimestrielles ont soit traité de sujets d'actualité; comme la réforme des retraites et la révision des lois bioéthiques au second semestre 2010 ou la théorie du genre en décembre 2011, soit de sujets liés directement à notre action, tels l'accès des mineurs aux sites pornographiques d'internet, avec des articles dans les numéros 64, 65 et 66, l'homoparentalité, avec un numéro spécial ou la bioéthique.

Nous avons supprimé l'abonnement à la Lettre, qui était de 5 € pour quatre numéros, cette dernière étant envoyée gratuitement aux adhérents ou donateurs qui en font la demande.

Cette réforme nous épargne les complications administratives inhérentes aux tarifs postaux dont bénéficient les périodiques. Elle a aussi l'avantage de mettre dans les mêmes conditions ceux qui préfèrent la version papier et ceux qui ont choisi internet.

La refonte, nécessaire, sur les plans technique et graphique du site internet a été différée, de façon à être menée en même temps que l'amélioration du contenu

Résultats

Le nombre des adhérents et donateurs est passé de 980 en 2007 à 1119 en 2008 et redescendu à 890 en 2009. Il est monté à 2600 en 2010 et redescendu à 2000 en 2011

Le nombre de visiteurs du site Internet est passé de 21 000 en 2007 à 35 000 en 2008 et à 39 000 en 2009. Il a été de 125 000 en 2010 et de 101 000 en 2011.A début mars, le chiffre de 2012 est de 24 000 contre 21 000 à la même époque de 2011.