Nice Social Bookmark

FacebookTwitter

Transplantation d'organes

Mais cette affirmation de la primauté du don ne doit pas être seulement un objet de discours,

elle doit aussi s’exprimer dans la réalité. Pour cette raison, nous sommes très réservés à

l’égard du consentement présumé, institué en 1976 par la loi Caillavet. Le consentement

existe ou n’existe pas. Il ne peut pas être présumé. Quand il existe, il s’exprime. A défaut le

geste du don disparaît. En fait, il nous semble qu’en réalité cela ne fonctionne pas. Une équipe

médicale ne peut pas imposer un prélèvement d’organe à une famille en deuil. Alors si le

consentement du défunt s’est exprimé, la volonté du mort sera naturellement respectée. On

pourrait organiser comme en Allemagne l’expression de ce consentement. Cela permettrait

aussi de communiquer sur l’importance de cette expression, comme on communique sur le

don de sang. Au demeurant il nous semble aussi que l’avenir du médecine est plutôt dans le

développement des prothèses et des organes artificiels. Le handysport et les jeux

paralympiques montrent de façon éclatante les formidables progrès des techniques de

prothèses. Des chercheurs comme le professeur Carpentier et la société Carpentier travaillent

sur un coeur artificiel. Ce sont des chercheurs français. Malgré cela, la France investit très peu

dans ce domaine, beaucoup moins que d’autres pays comme l’Allemagne ou les Etats-Unis.