Nice Social Bookmark

FacebookTwitter

Monsieur, madame et chers amis

et notre Livre Blanc).

 

Dans l’indifférence générale.

 

Ces dernières semaines, les journaux mettaient tous à la une l’hiver démographique dans lequel s’enfonce notre pays. Mieux encore, ils s’en inquiètent enfin.

 

Hélas, le chemin n’est qu’à moitié fait : Il n’est pas question une seule seconde de revenir à une politique familiale qui a pourtant fait ses preuves.

Le remède semble tout trouvé: l’immigration comblera sans problèmes le vide des berceaux.

 

 

Nous poursuivons grâce à vous notre travail d’analyse et multiplions les démarches pour convaincre. Ces derniers mois, nous avons analysé pour vous, dans nos Lettres trimestrielles, la réforme des Ayants-droit à la sécurité sociale, le risque de disparition du Foyer fiscal, le funeste projet d’élargissement de la PMA, l’analyse du bilan sévère de la politique familiale publié par la Cour des comptes à l’automne dernier.

 

Nous nous sommes fait connaître auprès de quelques députés, du Délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes nommé par Mme Buzin, Olivier Noblecourt. Nous avons adressé d’abord à la présidente de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée, puis à tous ses membres notre Lettre de décembre sur l’échec de la politique familiale avec une lettre d’accompagnement.

 

Nous avons été invités à participer à des émissions de radio (radio-courtoisie, Sud-radio) ou de TV-Liberté ou à des débats ou conférences comme par exemple l’Université d’été de Renaissance Catholique en août dernier, et plus récemment colloque à l’Assemblée Nationale, organisé par le député du Vaucluse, Marie-France Lohro dans le cadre des Etats-Généraux de la loi de bioéthique. Famille et Liberté s’y est exprimée sur le thème de la fragilité humaine.

 

Nous avons sollicité d’être auditionnés par la mission parlementaire d’information sur la politique familiale. Monsieur Guillaume Chiche, son rapporteur nous a fait répondre que « compte tenu des contraintes d’agenda des rapporteurs, l’organisation de cette audition ne serait pas possible » mais il nous disait de « ne pas hésiter » à transmettre une contribution écrite

Vous trouverez  ici la "contribution" que nous leur avons adressée.

 

Il est essentiel que nous arrivions à faire comprendre à nos élus que la politique familiale est vitale pour l’avenir de la France. Nous l’avons souvent dit: la politique familiale n’est pas de l’assistance, c’est une affaire de justice. C’est surtout une question de survie pour notre pays, la France.

 

Aidez-nous à contribuer à la révolution culturelle et politique indispensable au redressement de la France par des personnes responsables et conquérantes qui ancrent leur dynamisme et leur

vision de l’avenir dans une politique familiale positive, stable et cohérente.

 

C’est une rude bataille que nous avons entreprise et nous ne pourrons rien sans vous. Continuez à soutenir notre action, faites-nous connaître et envoyez-nous un don, à votre convenance. C’est vital pour accroître l’efficacité de l’action de Famille et Liberté.

Tous vos dons sont utiles, même les plus modestes et l’équipe de Famille et Liberté vous en remercie à l’avance.

 

 

            

 

 

 

 

 

PS : Grâce à vos dons nous avons pu intensifier nos campagnes de prospection qui nous reviennent assez cher (impression, expédition, timbres) et les résultats sont à la hauteur de votre effort. Ces deux dernières années, les dons ont plus que doublé. Des donateurs nouveaux, cela signifie davantage de gens intéressés et convaincus par les idées que nous soutenons pour défendre la famille et, nous l’espérons, qui les font connaître autour d’eux. Plus nous sommes nombreux, plus nous avons de poids pour aller trouver les décideurs et les media. C’est aussi davantage de moyens pour toucher encore plus de gens. Ainsi de suite.

 

N’hésitez donc pas à utiliser le coupon ci-joint pour nous faire encore un don. Quel que soit le montant, votre participation à notre action est précieuse et nous vous en remercions.