Nice Social Bookmark

FacebookTwitter

Famille et Liberté participe au débat politique

Nous croyons qu’une politique propre à la famille est indispensable ; lui la dissout dans des prestations sociales confuses et soumises à des limitations arbitraires.

      

           On se tromperait si l’on pensait que notre désaccord avec le gouvernement porte seulement sur des points pratiques. A l’arrière-plan de toutes les décisions qui ont été prises depuis quatre ans, se trouve une idée de ce qu’est la famille, de sa place dans la société, de ses droits et de ses devoirs, qui est incompatible avec la nôtre. Nous la jugeons non seulement fausse mais encore perverse et dangereuse pour le bien commun de la France.

 

          L’enjeu est si grave que le Conseil d’administration de Famille et Liberté a décidé d’intervenir dans le débat politique national qui va précéder l’élection présidentielle de l’an prochain. Nous le ferons à notre manière, qui consiste à dévoiler les équivoques, dénoncer les mensonges et proclamer la vérité, à l’aide d’arguments raisonnés, de faits indiscutables et de chiffres avérés. Nous pensons que nos affirmations porteront d’autant plus qu’elles seront solidement étayés.

  

              En pratique, le Conseil s’apprête à diffuser un « Livre blanc pour une nouvelle politique familiale » qui comportera à la fois une critique rigoureuse de la politique suivie par le pouvoir socialiste, les grandes lignes d’un projet de politique familiale digne de ce nom et un ensemble de mesures concrètes à prendre dès 2017. Ce Livre blanc sera envoyé aux candidats à l’élection. Il leur sera demandé de nous indiquer celles qu’ils s’engagent à appliquer.

 

             Notre intention n’est pas de faire cavalier seul. Notre action complètera, élargira et aidera celles que mènent d’autres associations. Chacune emploiera sa méthode vers le même but. Nous pensons que la nôtre est à la fois originale et indispensable.

 

               Notre présidente vous présentera le contenu du Livre blanc à l’assemblée générale annuelle qui se tiendra en novembre. Vous devez savoir qu’elle y a mis toute son expertise et toute son énergie. Elle a bien mérité de Famille et Liberté.

 

Michel Pinton

            

   

La cascade de nouvelles mesures qui s’abattent sur les familles comme une déferlante exige de nous tous, chacun à sa place et à son niveau, une mobilisation exemplaire : éclatement du noyau familial avec  la suppression du quotient conjugal qui se rajoute au drastique plafonnement du quotient familial et avec la suppression des « ayants-droit » à la sécurité sociale. Chacun pour soi et l’Etat pour tous !  Un « contrat social où l’on ne peut être dépendant que de soi-même (et non de son conjoint ou de tout autre personne) ou alors de l’Etat[1] », telle est la philosophie officiellement revendiquée de ces réformes. Encouragement au divorce et mépris du plus faible, avec le divorce sans juge. Mainmise sur nos enfants à travers une organisation scolaire (rythmes et allongement de la durée de scolarisation obligatoire), des programmes (où l’idéologie remplace la transmission), et la volonté de contrôler les écoles choisies par les parents pour leur statut de liberté. Vol des repères identitaires des enfants avec la légalisation progressive de la GPA et des PMA pour tous et le remplacement de la filiation biologique par la filiation sociale. La prochaine étape est la proclamation de droits sexuels pour les enfants qui en fera une cible de choix pour les marchands de sexe et le transhumanisme qui prétend repousser indéfiniment les limites inhérentes à la nature humaine au profit de quelques-uns qui se réserveront le droit de vie ou de mort sur la masse des autres, selon qu’ils seront utiles ou pas.

 

Nous ne pouvons accepter cela et tous ensemble nous pouvons inverser cette régression de l’humanité mais à condition d’une mobilisation exemplaire. Continuez à nous aider à démasquer les intentions profondes de ceux qui nous gouvernent, à démonter la pertinence de leurs projets et à proposer des solutions alternatives concrètes. C’est ce que nous faisons entre autre avec notre Livre Blanc pour une politique familiale qui a un coût et ne peut se faire sans vous.

Claire de Gatellier

 

 

 



[1] Selon le rapport à l’origine de ce projet, qui fut  commandé par Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre du Droit des femmes.